Document sf uma1 

créé le: 20120327
mis à jour le: 20170411

Sf uma1:Errare Umanum est



"Difficile réveil"

Trois phénomènes se produisirent simultanément et ceci contribua à faire apparaître une réalité particulière.

  • un éclair de conscience jailli du système nerveux du physicien Manuel Sylva ce qu'il interpréta comme le fait de se réveiller après une nuit de sommeil.
  • une profonde inspiration de sa cage thoracique mettant fin à une pause apnéique importante qui lui fit ressentir plus que de coutume une douleur aiguë au niveau du plexus solaire.
  • la mémoire brûlante d'une phrase apparemment anodine dont les lettres apparurent projeté sur l'écran blanc de sa toute nouvelle conscience matinale.

    Manuel Sylva pensa "errare humanum est" ou plutôt "errare umanum est" puisque c'est sur l'absence de ce "h" que toute l'énergie du rêve c'était concentrée.
    Pendant la demi seconde qui suivit, cette énergie se transforma en une émotion relayée par la douleur ressentie au plexus. Il pensa "qu'est ce qui m'arrive" puis resta silencieux considérant cette pensée perturbatrice comme l'éloignant de la réalité qui l'occupait en cet instant. Il resta un moment allongé sur le lit sans bouger tentant de saisir toutes les sensations déjà évanescentes de ce rêve particulier. En tant que scientifique il était habitué à déceler ce qui n'était pas comme d'habitude, c'est à dire ce qui clochait dans un faisceau cohérent de faits. Il n'avait jamais fait un rêve de cette sorte ou du moins il n'en avait pas le souvenir et cela était significatif pour lui: une telle intensité juste pour une phrase latine, qu'il n'utilisait jamais dans cette langue qu'il ne connaissait que par l'intermédiaire de citations célèbres. Il réalisa qu'il ne pourrait tirer aucune information supplémentaire de ce rêve si monolithique et il se sentit frustré de n'avoir pas eu le temps d'approfondir dans ses études les théories jungiennes sur les rêves symboliques.
    En s'asseyant il réalisa que l'impression forte de se rêve ne se dissipait pas restant comme une obsession. Le sentiment de l'importance de ce rêve était présent sans qu'il puisse logiquement le justifier et cela il le considérait comme perturbant. Un bruit à coté de lui attira son attention. En voyant le gracieux corps nu de Talhia sa femme se retourner il ressenti l'amour qu'il avait pour elle et lui sourit. Talhia le regard encore embrumé réalisa l'heure et lui dit: "qu'est ce qui se passe ? tu ne dors pas ?".
    Il s'allongeât à ces côtés ressentant la douce chaleur de son corps. "J'ai fais un rêve.
    Un rêve inhabituel, il y a juste une phrase écrite devant moi "errare umanum est" mais sans le "h" vois-tu ? c'est cela qui est bizarre, j'en suis encore sous le coup, c'est comme si tout mon corps y avait participé, j'ai une impression très bizarre et je ne sais pas du tout ce que c'est mais c'est bien là et ça reste. Talhia avait écouté attentivement ses paroles et avait captée intuitivement le ressenti de Manuel. Jugeant qu'il n'y avait rien d'autre à faire pour l'instant elle l'enlaçât doucement et commença à déposer une série de baiser sur sa poitrine. Maintenant bien réveillés tout les deux, ils profitèrent de l'heure matinale pour faire l'amour.

    "Inquiétude uma"

  • on le perd, on est en train de perdre Umanum !
  • comment ça, on le perd! ce n'est pas possible!

    Cette dernière phrase de l'uma qui semblait être le chef hiérarchique n'était pas théoriquement correcte, elle ne faisait qu'exprimer sa surprise, il était rentré dans la salle de contrôle d'un pas rapide, du moins était-ce en intention et c'est cette même intention d'accélération devant l'urgence qui le faisait parler ainsi.

    En effet un Uma ne pouvait pas mourir et par conséquent on ne pouvait le perdre. Mais on pouvait le perdre en ne pouvant plus communiquer avec lui au sens de la communication habituelle des Uma. Et c'est justement ce qui était en train de se passer.

  • vous savez que l'on est en phase terminale sur cette mission et nos signaux de retour ne sont pas pris en compte alors qu'il aurait pu les émettre lui-même, connaissant tout les détails de l'opération.
  • peut-être est-ce la distance, il y a de très fortes composantes dimensionnelles dans cette mission pour le moins... exceptionnelle. Ou bien est-ce à cause des distorsions temporelles importantes elles aussi. Nous sommes tout de même dans une opération assez exotique, le temps ne s'écoulent pas à la même vitesse ici et là-bas, car le champ gravitationnel de notre soleil est beaucoup plus intense.
  • non, nous avons déjà pensé et vérifié tout cela, ce n'est pas ce genre de difficultés qui peuvent perturber Umanum et ce qui arrive demande une compétence analytique supérieure à la mienne, je crois que nous devrions faire appel immédiatement à Umantar.
    Je crois tout de même le problème est gravitationnel mais je n'arrive pas à le concevoir, c'est hors de ma portée pour l'instant.

    Umantar était un scientifique uma tout à fait exceptionnel, il avait ouvert par la théorie un champ nouveau et l'expérience en cours provenait de ses découvertes. Elles concernait de nouvelles composantes gravitationnelle si subtiles qu'elles n'avaient pas été observées jusqu'à présent dans l'univers.

    De faible signaux de cette nature avait enfin été détecté dans une lointaine galaxie spirale et la mission scientifique en cours auquel Umamum, scientifique uma plus porté vers l'exploration que l'introspection, s'était porté volontaire, avait été approuvé par le grand conseil.

    Celui qui semblait être le chef hiérarchique, Umaundé, avait été chargé d'organiser cette mission. Umaundé trouvait sa joie dans l'organisation de l'activité uma en général. C'était un communicateur multiplexe hors pair et rien n'était plus satisfaisant pour lui de maintenir toutes ses lignes de communication uma en un tout cohérent: pour l'instant, cette mission scientifique. Maintenir des lignes de communication entre uma était par ailleurs une composante naturelle essentielle de la physiologie des umas. Cette faculté remarquable avait pour conséquence par exemple que chaque uma avait une très grande connaissance de sa spécificité au sein du groupe et chacun était naturellement amené à exécuter le rôle pour lequel il se sentait le plus attiré. L'harmonie uma était basé sur cela car chacun savait trouver sa place dans l'organisation et il n'y avait jamais de conflit car chacun connaissait naturellement la justesse du rôle de chacun. L'harmonie uma était un réseau tissé de communication consciente qui assurait la cohésion et la progression de l'ensemble comme de chacun. C'est la spécificité de chaque uma qui donnait à l'harmonie uma toute sa richesse et c'est la communication uma qui lui donnait toute sa cohérence.

    Umandik par exemple, l'uma responsable de la salle de contrôle de la mission qui avait alerté Umaundé, trouvait sa joie dans l'exercice de la plus grande acuité à observer le bon déroulement de l'opération. Le problème qu'il avait détecté avait excité sa curiosité au plus haut point et sa conclusion de faire appel à Umantar n'était pas ressenti comme un échec mais au contraire comme la réussite d'avoir localisé la bonne nature du problème et d'avoir proposé la meilleure solution. L'idée de travailler de manière rapproché avec Umantar était par ailleurs une nouvelle source de joie car Umandik trouvait un enrichissement énorme à chacun de ces contacts.

  • je vois, répondit Umaundé, faisons appel à Umantar.

    "Une assemblée uma"

    Umantar analysant brièvement la situation pria Umaundé de réunir sur le champ l'assemblée scientifique uma. Son objectif était double, présenter la situation et son analyse devant ses confrères et disposer ainsi d'une assemblée de puissant cerveaux uma pour rendre possible l'opération de sauvetage qu'il avait conçu puisqu'il devait se résoudre à l'appeler ainsi.

    Observant l'assemblée Uma rassemblé devant lui, Umantar commença à parler: "Honorable assemblée Uma, Je m'incline devant votre présence lumineuse, J'ai eu l'intention de vous réunir pour vous exposer la situation dans laquelle se trouve l'expérience d'Umanum. Mais avant je voudrais vous rappeler les tenants et aboutissants qui ont conduit à cette expérience.
    Comme vous le savez, nous avons détectés il y a peu une configuration inhabituelle du champ gravitationnel dans une région très éloigné de notre soleil.
    Nous nous sommes rendu compte très rapidement du caractère exceptionnel de cette configuration et nous avons établi que le seul moyen pour y accéder impliquait un étirement antagoniste de l'électron ultramassique de façon à simuler une diminution de la masse de l'ultimatome qui est cela va sans dire l'essence même de notre physiologie. Umanum, c'est porté volontaire pour une telle opération et il à étiré sur une distance galactique son uma pour rejoindre cette configuration. La polarisation de son ultramassique en deux partie moins massique avec un éloignement galactique n'a jamais été tenté auparavant car il n'est jamais apparu de circonstances rendant cette opération intéressante pour aucun uma.
    Les polarisations multiples à travers les fluctuations de notre ultramassique, comme vous le savez, constituent notre unique et merveilleux moyen de communication avec l'univers et la richesse incommensurable de ces fluctuations est notre confiance en la joie de vivre un réel toujours nouveau.
    Eh bien aujourd'hui, je crois pouvoir vous dire qu'il n'est jamais arrivé dans l'histoire uma, une situation si exotique que celle à laquelle nous sommes confrontés aujourd'hui."

    Les implications des paroles d'Umantar sur l'assemblée étaient visibles par la vague d'irisations chatoyantes qui se forma sur l'assemblée uma.
    Umantik se sentait extraordinairement excité, tout ses sens en éveil maximal à l'attente des prochaines paroles d'Umantar.
    "Il est habituel pour nous d'expérimenter la relaxation d'une fluctuation de notre ultramassique et cela est même une nécessité de relâcher ainsi une création spontanée de notre être. Nous sommes néanmoins toujours dans la confiance que la mémoire de cette fluctuation créatrice est toujours disponible dans le champ mémoriel de notre ultramassique. La restriction de l'accès à cette mémoire est inimaginable, inconcevable pour un uma puisqu'il a la connaissance innée de sa propre structure immortelle, autoréférente et puisque c'est cette connaissance innée qui est en fait sa propre structure.

    La situation d'Umanum est telle qu'il expérimente aujourd'hui une restriction à ce niveau qui est en fait une 'séparation mémorielle'. Il faut rechercher l'origine de cette restriction dans la simulation de la division de sa masse combinée à cette configuration gravitationnelle exceptionnelle. Je nommerai donc à partir de maintenant cette nouvelle configuration par le terme 'oubli'." Le soleil autour duquel gravite Umanum est le soleil de l'oubli.

    Un vertige fréquentiel parcouru l'ultramassique d'Umantik. Une joie d'autant plus intense qu'il avait espéré ou senti un tel événement. Une vague analogue illuminait l'assemblée Uma. Il en était ainsi chaque fois qu'un pan important de l'éternel nouveau s'offrait à eux et il était clair pour chaque uma que c'était bien le cas. La profondeur du vertige en témoignait et corrolérement la durée de la contemplation des implications des paroles d'Umantar.
    Un long silence s'ensuivit et Umantar attendit pour poursuivre que ce vertige ait produit tout son effet sur l'assemblée.

    "J'ai nommé la polarisation particulière adoptée par Umanum 'androgyne' et les deux phases de la fluctuation s'appelle 'masculin' et 'féminin'. Arbitrairement Umanum à choisi de focaliser la phase 'masculine' sur la localisation de la configuration gravitationnelle. Aujourd'hui il ne répond pas au signal de fin de mission et nous ne savons pas encore exactement pourquoi. Ainsi sa configuration étirée reste stable et nous ne pouvons semble t'il plus communiquer ni avec sa phase masculine projetée là-bas qu'avec sa phase féminine projetée exactement à l'opposée pour raison de symétrie gravitationnelle bien évidemment.

    Le seul moyen que je vois aujourd'hui est de générer une nouvelle configuration grâce à cette assemblée. La masse unifiée de nos ultramassiques devrait permettre à l'un d'entre nous d'étirer son ultramassique dans la localisation où se trouve Umanum sans pour autant devoir étirer une phase féminine éloignée. Nous pouvons ainsi créer un point d'appui de dimension galactique pour rejoindre Umanum. Je me porte bien sur volontaire pour contacter Umanum".

    L'adhésion de l'assemblée uma fut instantanée, pleine et entière.

    Un pont de physiologie Uma s'étira alors à travers l'espace intergalactique vers cette galaxie lointaine particulière qui avait attiré la curiosité d'un peuple voué à la contemplation du toujours nouveau.

    "Opération de sauvetage"

    Talhia avait tenu à prendre le volant et le pick-up filait à bonne allure sur la piste déserte conduisant au laboratoire, soulevant un nuage de poussière visible de très loin.
    Elle avait senti que le rêve de cette nuit continuait à occuper son mari qui était rentré dans une phase d'introversion caractéristique mais beaucoup plus prononcée qu'habituellement.
    Plusieurs considérations conjointes avait naturellement conduit à installer en plein désert ce site scientifique particulier. En effet la toute nouvelle discipline de psychophysique dont Manuel et Talhia étaient un brillant et très prometteur couple de chercheur avait reçu du gouvernement une attention particulière et était donc considérée comme sensible. D'autre part les appareils de mesure de cette discipline nécessitaient un environnement électromagnétique très contrôlé, chose impensable à obtenir dans une ville baignée en permanence par les nombreuses fréquences des divers réseaux cellulaires.
    Particulièrement les derniers réseaux en cours de déploiement dont les fréquences étaient plus susceptibles d'interférer avec leurs expérimentations.

    Manuel se mis à parler aussi bien pour partager à Talhia les réflexions issues de son expérience nocturne que pour s'aider dans sa réflexion et obtenir de sa compagne un feed-back qui d'expérience se trouvait toujours très enrichissant.
    Une pensée de reconnaissance envers sa compagne et le couple harmonieux qu'ils formaient précéda sa première parole.

    "Ma chéri, tu connais ma théorie sur les structures microphysiques support de la conscience. Une des particularités de cette théorie est que les structures tendent vers des niveaux d'organisations de plus en plus poussés par leur propre dynamisme et par l'adjonction des puits de négentropie que sont les bosons de Higgs. Les bosons de Higgs sont les particules responsables de l'acquisition de la masse par les autres particules comme l'électron ou le proton. En même temps la fonction d'onde de la structure microphysique diminue son entropie ou ce qui revient au même augmente son ordre à chaque adjonction de nouvelles particules de Higgs.

    Comme la structure microphysique responsable de la conscience à pour support l'ensemble de la physiologie son évolution structurante naturelle est frustrée par l'activité quotidienne du corps qui à tendance à augmenter le désordre physiologique. La structure émet des bosons de Higgs et il en résulte finalement la perte de la conscience réflexive et la plongée dans le sommeil qui n'est finalement que le degré zéro du coma. Lorsque l'activité du corps s'arrête lors du sommeil, le processus de structuration prend à nouveau le dessus et la conscience réflexive peut de nouveau apparaître au bout de quelques heures."

    Manuel fit une pause et pris une longue inspiration. Talhia, souri reconnaissant le degré de concentration de son mari en cet instant par son oubli de respirer.
    Manuel repris "Tu connais le principe qui dit que la connaissance à un pouvoir d'organisation.
    Je crois que le rêve de cette nuit n'était pas anodin et qu'il est le symptôme d'une évolution de l'organisation de ma propre structure. Je ressens depuis ce matin à l'intérieur de moi un changement. C'est comme un nouveau paysage, c'est comme s'il y avait en moi quelque chose à la fois vivant et abstrait quelque chose qui accompagne ma conscience de veille habituelle. Une chose à laquelle je peux penser et qui n'est pas vraiment une pensée, une chose que je peux ressentir et qui n'est pas qu'un sentiment. C'est quelque chose qui me rend plus vivant et qui possède une signification mystérieuse. Le mystère se révèle à moi par la phrase "errare umanum est" mais je n'arrive pas à saisir sa signification et cela m'obsède totalement."

    Ils roulèrent un moment en silence comme si le temps avait suspendu son vol, ils se sentaient proches dans ce silence alors que le paysage lunaire défilait de chaque coté de la piste et que le site était maintenant visible.

    Talhia soupira et dit "Je crois que je comprend ce que tu vis, tu sais lorsqu'on a fait l'amour ce matin, c'était particulier, je crois que j'ai eu envie aussi parce que je voulais partager cela avec toi et je ressens aussi intérieurement ce que tu veux dire. Mais je le ressens dans mon coeur comme si mon amour avait grandi, que j'avais plus clairement conscience de ce qui nous unis."

    Ces paroles firent surgir en Talhia une émotion forte. Au même moment elle ralentit, des larmes de joie coulèrent de ses yeux et Manuel posa délicatement sa main sur sa cuisse. Il capta l'émotion de Talhia et des larmes mouillèrent aussi ses yeux. Ils arrivèrent sur le parking du site et la voiture arrêtée, profondément amoureux, ils échangèrent un long baiser avant de sortir du véhicule.

    "Rappel"

    Ils arrivèrent dans le laboratoire en riant après avoir salué dans les couloirs leurs différents collègues et partagés une bonne humeur communicative.

    Manuel était impatient de mesurer l'état actuel de sa propre structure et celle de sa compagne, un changement serait une indication forte pour sa théorie. Comme l'objet à mesurer était la physiologie humaine, il se servait de leur propre corps comme objet de mesure. Selon sa théorie, la structure microphysique de la conscience devait émettre une particule physique connu mais très particulière et très difficile à détecter car n'interagissant que très peu avec la matière habituelle. Il s'agissait du neutrino et un détecteur de taille réduite avait mis au point avec l'aide d'un physicien électronicien de belle notoriété qui avait été séduit par ses théories.
    Manuel ne connaissait que généralement le principe du détecteur. Celui-ci était principalement composé d'un anneau supraconducteur réalisé dans une céramique supraconductrice à température ambiante dans lequel avait été induit un très fort courant électrique à partir d'une succession d'impulsion de champ magnétique intense produite dans un des quelques laboratoires au monde capable de produire de telle intensité. Une fois activé le courant électrique dans le supraconducteur pouvait durer éternellement, tout comme les électrons tournent autour des atomes sans subir de freinage.
    Le champ magnétique d'une intensité extrême et très localisé au centre de l'anneau induisait une modification des trajectoires des électrons des atomes d'une capsule de céramique composé d'une structure cristalline de carbone à maille géante formé de molécule de fullerène entrelacé.
    Les espaces vide dans les entrelacement étant doppé de certains atomes métalliques tel le cuivre, le gadolimiun ou le mercure. Les couches électroniques des atomes métalliques sous l'effet du champs magnétique se retrouvant alors rapprochés du noyau augmentant ainsi la probabilité d'échange d'électron avec le noyau. De plus les noyaux métalliques de ces atomes isolés dans les puits de potentiel des entrelacements de fullerène avaient la particularité ce s'étirer dans une forme elliptique élargissant la fonction d'onde du noyau et augmentant encore la probalilité de présence de l'électron de la première couche atomique compressée dans l'espace du noyau.
    Cette interaction n'étant d'autre part possible que par l'absorption d'un neutrino produisant une désintégration radioactive.
    La fréquence avec laquelle ce phénomène se produisait était un indicateur du nombre de neutrino présent à un instant donné au niveau de la capsule de céramique. Lors de la chute de l'électron sur le noyau, un photon de longueur d'onde caractéristique était émis et il suffisait ensuite d'en détecter la présence grâce à une cellule photoélectrique sensible aux rayons X émis par la désintégration radioactive.

    Après quelques préparatifs Manuel s'installa dans le fauteuil de l'habitacle de mesure et Talhia en referma la lourde porte isolante. Manuel comme à l'habitude ressenti l'isolation totale de l'habitacle comme une sensation physique isolant totalement ses sens, il était littéralement coupé du monde sensible à part la sensation de contact sur le fauteuil due à la pesanteur de son corps.

    Ainsi isolé dans cette position, l'esprit de Manuel se retrouva fasciné par la contemplation de ce qui avait émergé dans sa conscience. C'était comme un point présent là dans sa conscience à la fois concept inaccessible et pourtant présence bien réelle. Ce point s'anima doucement et il sentit la présence de plusieurs points semblables qui semblaient émerger à l'arrière du premier point. Il expérimentait ainsi la manière dont les Umas se perçoivent entre eux. Une pensée claire en émergea comme une voix en choeur "Umanum est, tu es Umanum, ton nom est Umanum et tu étais dans l'erreur de l'oubli de ta propre nature Uma". Ces mots eurent l'effet d'un choc sur la conscience de Manuel et des pans entiers de mémoires multidimensionnelles devinrent de nouveaux accessibles.

    Manuel-Umanum se rappela. Il s'étonna de reconnaître l'assemblée Uma et en même temps il comprit ce qui s'était passé, Umantar confirma sa vision.
    Umanum fit part à l'assemblée que le plan prévu pour son "sauvetage" devait être modifié car il n'était plus seul. Par la communication uma habituelle, les Umas connurent la présence de Talhia et un nouveau plan fut mis en place immédiatement malgré l'implication énorme de cette nouvelle situation.
    Le succès de ce plan dépendait du libre arbitre de Talhia.
    La conscience nouvelle de Manuel-Umanum basculait cycliquement en "Umanum-Manuel" ou "Manuel-Umanum" suivant le coté de sa personnalité avec lequel il s'identifiait. Ce basculement s'opérait en fonction de l'urgence que son intellect Uma lui dictait, des sentiments humains qu'il éprouvait pour Talhia ainsi que pour sa vie humaine et l'inertie de ce corps terrien soumis à la configuration gravitationnelle du soleil dont il comprenait maintenant tout les aspects.

    Un instant plus tard, la porte s'ouvrit et Talhia annonça avec excitation une augmentation significative de 200% de neutrinos détectés par rapport aux mesures des mois précédent. Fortement excité par la nouvelle en même temps absorbé par ce qui venait de lui être révélé mystérieusement Manuel sortit de l'habitacle sans rien dire à sa compagne. Ils procédèrent de nouveau à l'étalonnage de la machine pour Talhia.
    Ce qu'il avait perçu si clairement et instantanément ne pouvait encore être traduit par des pensées verbales qui sortiraient de sa bouche. Mais l'impression de réalité et de consistance de ce qu'il avait perçu et l'effet qu'il percevait dans sa physiologie était corrélative d'une confiance grandissante pendant qu'il parcourait les ramifications de sa nouvelle où plutôt ancienne mémoire. Il était toujours Manuel mais par dessus tout il était aussi Umanum.

    Lorsque se fut au tour de Manuel d'ouvrir la porte de l'habitacle et d'annoncer une augmentation de 125%, la prise de conscience des implications d'un tel résultat se fit pour lui plus réelle et devint encore plus prenante. D'autres détails du plan uma lui apparurent.

    Le reste de la journée de travail ne fut plus que vérification et re-vérification des mesures et contrôle d'étalonnage des appareils, en demandant à quelques collègues leur participation sans pour autant leur révéler la réalité des résultats en cours.

    Et ceci jusqu'à ce que ces nouvelles données soient devenus une réalité expérimentale solide.
    Il était important pour Manuel que cela soit acquis pour réel par l'esprit exigeant de Talhia.
    Ceci donna du temps à Umanum-Manuel d'appréhender et de prévoir la suite des événements. Il fallait qu'il parle longuement à Talhia pour l'habituer à la nouvelle réalité et à ses énormes conséquences pour leur vie future.
    Se fut Manuel-Umanum qui conduisit le soir venu, sur le retour à la maison qui accueillait leur bonheur d'être ensemble. Ils adoraient être ainsi baignés dans la lumière du soleil couchant qui transformait le désert en un monde rouge-orangé aux milliers de facettes surplombé par un ciel aux teintes violettes fabuleuses. La nouvelle conscience d'Umanum-Manuel donna ce soir là une densité inaccoutumée à leur perception. Umanum-Manuel se réjouit à la pensée que ce moment intense aiderait à la révélation qu'il allait faire à Talhia.
    L'influence non verbale de la nouvelle conscience d'Umanum-Manuel était clairement établi par son score de 125%. Talhia en avait été un peu perplexe devant la mesure de 200% de son mari car elle ne pouvait deviner la raison exacte de ce résultat. Sa perplexité augmenta au cours de la journée car elle percevait des changements si rapide dans son mari que son esprit ne parvenait pas à s'arrêter pour faire le point, elle ne pouvait que suivre le mouvement et encore cela prenait toute son énergie. Devant le spectacle du désert qu'elle affectionnait tant, elle se détendit et en même temps pris conscience de la magnitude du changement qui était en train de se mettre en place.

  • "Manuel, mon chéri, je..."
  • "Je sais Talhia, il se passe quelque chose d'extraordinaire mais il ne faut pas parler pour l'instant, seulement ressentir, j'ai beaucoup de chose à te dire." Talhia ressenti le profond changement de son mari. Manuel-Umanum le vit et dit "Aie confiance en moi, je t'aime mais je ne peux rien dire maintenant".
    Silencieusement ce fut à son tour à elle de poser sa main sur la cuisse de son mari et elle ne l'enleva pas jusqu'à l'arrivée à leur maison, une grande propriété isolée en bordure du désert à quelques kilomètres de la ville.

    "Union"

    Ils prirent une douche rafraîchissante et se confectionnèrent un repas léger fait d'une salade de divers légumes verts assaisonné de feuilles de coriandre fraîches, accompagné d'un délicieux pain de seigle complet.

    Assis sur le canapé du salon contemplant la vue sur le désert où les dernières lueurs solaires disparaissaient à l'horizon, Manuel-Umanum fut rejoint par Talhia qui déposa devant lui un plateau de thé à la menthe. Elle s'assit tout contre lui et il passa tendrement son bras autour de ses épaules. Ils burent silencieusement leur thé se laissant absorber par le spectacle naissant de la nuit lunaire sur le désert. La clarté du ciel était telle que le nombre d'étoiles visibles donnait l'impression qu'il n'y avait pas d'endroit sans étoiles dans le ciel. Souvent il leur arrivait de passer des heures sur la terrasse allongés à regarder le ciel, observant les différentes teintes et magnitude des étoiles.

    "Ma chérie, ce qui se passe est tout simplement incroyable, c'est comme si tout d'un coup j'avais atteint le but que je m'étais fixé à travers mon travail de recherche mais pas de la façon dont je l'imaginais. Les choses sont infiniment plus simple et à la fois plus complexe qu'on ne l'imagine...
    et en même temps... c'est totalement mystérieux. Je vois toutes les étapes, je vois la structure car elle est en moi et elle est en chacun de nous prête à se révéler pour peu que... sa masse dépasse un certain seuil et c'est ce qui s'est produit la nuit dernière. Le laboratoire est le corps et la théorie et l'expérience ne font qu'un dans la conscience structurée au delà de ce seuil. C'est comme si la théorie était devenu vivante et opératoire en moi.
    C'est... c'est merveilleux." Talhia écoutait les paroles de son mari et cela commençait à l'inquiéter, elle frissonna. Dés leur première rencontre quelque chose en lui l'avait fascinée et c'était une des raisons qui l'avait fait s'attacher à lui. Maintenant ce qui l'avait fascinée se manifestait d'une manière si flagrante qu'elle en était profondément perturbée tout en restant fascinée par ce qui arrivait et qui finalement était tout de même ce qu'elle espérait sans en avoir trop conscience.

    "Mais pourquoi cela t'arrives t-il à toi maintenant" dit elle en exprimant son désarroi.

    Manuel-Umanum continua: "Je le vois mais je ne peux pas encore te le dire, je peux te décrire la totalité de la structure et je dois le faire pour que tu saches le reste. La structure a pour noyau central un électron ultramassique par le nombre de bosons de Higgs qu'il a capté. Cela crée un champ gravitationnel puissant mais localisé qui organise d'autres électrons ultramassique secondaire lié à des atomes particuliers des différents métaux. La structure se déploient ainsi à travers la structure physiologique des neurones du système nerveux entier dans tout le corps. l'électron ultramassique se situe entre la gorge et le plexus solaire et son champ forme une étoile tétraédrique à quatre branche dont une verticale qui est dans l'alignement de la moelle épinière. Cette quatrième branche est la clé d'organisation de toute la physiologie du système nerveux. Les trois autres branches ne sont pas physiologiques mais cosmologiques. L'une d'elle est lié à une énergie complémentaire de l'électron ultramassique et forme avec lui une dualité équilibré. Une autre est lié à un groupe d'électron ultramassique qui sont notre famille et le troisième nous relie mystérieusement à la totalité de l'univers, au tout."

    Manuel-Umanum repris:

  • "Je comprend maintenant que la création d'un nouvel être conscient ne peut se faire qu'avec l'obtention d'une masse critique par la réunion de deux électrons ultramassique".

  • "tu veux dire que c'est ainsi que nous faisons des enfants ?"

  • "oui, c'est ainsi. Mais en faisant l'amour on peut obtenir un autre résultat. C'est ainsi que la nuit dernière en faisant l'amour je t'ai transmis de la masse et que ton niveau d'émission de neutrino à augmenté."

  • "c'est vrai, j'ai eu très envie de toi à ce moment et je sentais qu'il y avait quelque chose de nouveau. Mais comment se fait t'il que ta masse ait augmentée ?"

    Manuel-Umanum regarda Talhia. Ils échangèrent un long regard où tout leur amour se mit à couler entre eux. Il embrassa Talhia doucement et elle lui rendit son baiser, il la pris par la main et ils montèrent en titubant comme ivre dans leur chambre. Il la déshabilla et fit de même pour lui. Il la pris dans ses bras et commença à parcourir de ses lèvres sont corps si désirable. Des frissons de plaisir et de désirs électrisèrent son corps de déesse, elle l'appela contre elle et ils entreprirent une danse de caresse et de découverte toujours nouvelle du corps de l'autre. Les énergies nouvelles du corps de Manuel-Umanum pénétrèrent dans celui de Talhia. Les sens de Talhia s'aiguisèrent à un niveau dont elle n'avait jamais pu concevoir l'existence et son esprit devint d'une clarté de cristal. Lorsqu'il la pénétra Talhia bascula sous l'effet d'une immense onde de plaisir dans une réalité plus vaste ou elle pu contempler la structure. Ils restèrent ainsi un moment sans bouger, en communion, leur ultramassique n'avait jamais été aussi proche l'un de l'autre et l'énergie dense ainsi produite leur donnait un sentiment d'union totale. Elle contempla avec un ravissement extatique le monde Uma derrière son amant, et elle comprit qui il était vraiment. Elle compris elle aussi sa propre nature et elle se mit à pleurer sous l'effet de l'énorme émotion. Son amant l'entourant de toute son attention la laissa traverser ce qu'elle vivait.
    Au bout d'un moment ils s'asseyairent, elle sur lui, lui en elle, enlacé l'un contre l'autre.

  • "Mon amour, c'est merveilleux" lui dit-elle s'étonnant du son produit.
  • "Oui ma chérie, oui".
    Ils continuèrent à faire l'amour presque sans bouger, seulement en ressentant le corps de l'autre et sa présence amoureuse. Il y avait maintenant assez d'énergie pour qu'ils voient la structure globale de leur deux corps formant une géométrie protectrice autour de leur corps physique et pour assimiler la connaissance de leur physiologie Uma transmise par le canal d'Umantar.
    Ils se mirent à toucher leur corps en des points précis, déplaçant les énergies pour aligner et accorder leur structure.
    Manuel regarda Talhia et elle compris instantanément ce qui aller se passer maintenant. Elle le regarda intensément et lui dit "Oui, je comprend, je suis prête. Je veux traverser l'univers avec toi".
    Il la serra contre lui et leur corps s'aimantèrent, chaque partie de leur corps s'épousaient harmonieusement dans la sensation d'un emboîtement intime, à la fois solide et extrêmement agréable.

    L'énergie s'intensifia dans leur structure et leur conscience était maintenant centré sur leur ultimatome au milieu de leur poitrine, Ils réalisèrent ainsi la reconstitution de la physiologie uma imaginée par Umantar pour le sauvetage. Ils perdirent progressivement la conscience de leur corps humains et voyagèrent ainsi dans la profondeur de la structure de l'espace-temps.

    Au milieu de l'assemblée Uma deux êtres d'une luminosité particulière apparurent. Manuel-Umanum-Talhia et leur polarité opposées qui elles aussi par symétrie s'était unifié. Il y eu un moment d'échange intense et merveilleux et avec l'attention parfaite de l'assemblée Uma les deux êtres s'unirent et fusionnèrent. Umanum était maintenant présent totalement avec sa compagne unifié UmanTalhia et ils se séparèrent pour se contempler et contempler l'assemblée Uma. Des applaudissements de joie fusèrent de l'assemblée Uma émerveillée. Umantar pris la parole et souhaita la bienvenue à UmanTalhia. Umanum exposa assisté d'UmanTalhia, le résultat de son exploration et la découverte d'une communauté d'Uma piégée par l'activité particulière du Soleil "Sol" de la planète "Terre". Umantar proposa que la mission de sauvetage soit élargie à tout les Umas de la planète Terre.
    L'assemblée Uma accepta l'idée et Umanum et UmanTalhia acceptèrent naturellement la fonction d'ambassadeur Uma sur la planète Terre.

    "Retour"

    Manuel et Talhia marchaient nus se tenant la main dans la nuit du désert qu'ils aimaient tant, en direction de leur maison. L'air frais de la nuit et l'éclat des étoiles nourrissait leur corps vigoureux plein d'une énergie nouvelle dont ils leur restaient à découvrir toutes les facettes d'une configuration uma unifiée sur la planète Terre.
    De retour dans leur chambre, ils s'allongèrent l'un contre l'autre ressentant leur unité propre et leur amour partagé. Talhia sentit un nouveau désir émerger de sa conscience. Elle regarda Manuel profondément dans les yeux lui dit: "- et si on commençait notre mission par faire le premier enfant uma sur la planète Terre."